Répondre aux nouvelles pressions du marché par une meilleure divulgation des réalités d'entreprise

Nous constatons depuis quelques années qu’un nombre croissant d'organisations reconnaissent la nécessité de rendre leurs exploitations plus durables. D’autre part, les gouvernements, les investisseurs, les marchés et la société en générale demandent aux organisations d'être transparentes au sujet de leurs objectifs de durabilité et des informations divulguées.

Voici les principales pressions du marché qui incitent les organisations à mieux communiquer et divulguer leur performance extra-financière et à prendre en compte les lignes directrices du GRI dans leur rapport de développement durable :

Les politiques d’achats responsables des grands donneurs d’ordre

Les grands donneurs d’ordres subissent des pressions de plus en plus fortes pour respecter les lois, normes et standards et faire usage de ces nouvelles sources modernes de droit coutumier international. Une des pratiques de plus en plus adoptées par les grands donneurs d’ordre pour répondre à ces nouvelles pressions est de demander à leurs fournisseurs de prendre des actions concrètes et de rendre des comptes à leur tour quant aux impacts de leurs activités sur l’environnement et la société.

Les entreprises canadiennes et les nouveaux accords de libre-échange

Dans le cadre des ententes de libre-échange avec l’Europe, le Canada (qui adhère aux Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales et à la norme ISO 26000) valorise l’importance de réaliser une reddition de comptes intégrant tant les bilans carbones que les autres bilans extra-financiers ou financiers, s’il y a lieu. Cependant, ce qui est réalisé au Canada est actuellement loin des efforts soutenus produits en Europe, ce qui pourrait rapidement représenter un désavantage concurrentiel pour nos organisations, si ce n’est déjà le cas.

Le choix des consommateurs

De plus en plus, les consommateurs favorisent les organisations responsables dans leurs pratiques d’achats. Par ailleurs, une étude démontre que seulement 15 % des Québécois ont confiance en l’engagement en matière de développement durable des organisations! Seules quelques organisations telles Cascades tirent leur épingle du jeu…[1] Cascades utilise les lignes directrices du GRI pour produire son rapport de développement durable.  Un exemple de communication efficace!

[1] Baromètre 2014 de la consommation responsable, Observatoire ESG UQAM

« Que ce soit pour la mise en œuvre complète des lignes directrices du GRI ou de façon partielle et progressive, votre organisation bénéficiera, dès son premier rapport, d’un outil stratégique performant et d’un impact significatif dans son marché. »

Un proverbe autochtone suggère de réfléchir aux actions posées dans le spectre des sept prochaines générations humaines, afin d’en limiter les impacts négatifs et optimiser les impacts positifs. Dans cette foulée, une organisation est interpellée de plus en plus par ses parties prenantes, pour adopter des pratiques de développement durable et maximiser ainsi sa contribution pour les générations futures. Une quantité impressionnante d’études économiques et historiques démontrent la pertinence de mettre en œuvre une stratégie organisationnelle pour progresser en ce sens, et ce, en y intégrant des mécanismes de communication et de participation à l’intention de ses parties prenantes.

Exemples de lois, normes et standards qui exercent des pressions sur les grands donneurs d’ordre:

  • ISO 26000 : Elle est la première norme qui décline les grandes lignes directrices et encadre les achats responsables.
  • BNQ 21000 : Cette norme québécoise, qui découle d’ISO 26000
  • NF X50-135: Nouvelle norme européenne sur les achats responsables propose des recommandations concrètes applicables par tous types d’organisations.
  • ISO a élaboré une norme internationale qui demande ou oblige les grands donneurs d’ordres à adopter les pratiques d’achats responsables et par conséquent, ceci engendre des répercussions sur l’ensemble des chaînes de valeurs, dont les industries doivent s'adapter en déclarant des preuves leur comportements et saine pratiques.

Nous aurons plusieurs nouveautés en 2018 … ! :

  • Annonce d’un partenariat important pour une offre intégrée et unique de services-conseils spécialisés

  • Raffinement de notre méthodologie d’intervention en collaboration avec le Conseil des industries durables

  • Plusieurs projets très porteurs avec nos clientèles et partenaires

    Nous nous réjouissons donc déjà à l’idée de partager tout cela avec vous.

 

C'est désormais à vous de nous poursuivre la discussion ici-bas (en commentaires)

Write a comment:
*

Your email address will not be published.